C’est le moment d’oser !

Ne vous contentez plus de penser, j’aimerais bien écrire, lancez-vous !

Nouvel atelier d’écriture littéraire et créative ouvert à tous, à Rochefort, 2 jeudis par mois de 15 h 30 à 18 h 30

Publicités

Que 2018 nous inonde de beauté et de rêve !

Pour vous mes amis, voici mes Ciels infinis (in NUE, 2015)

Je vis sous des ciels infinis

Qui prennent toute la place

Des ciels moutonnés

Balayés au vent du large

Des ciels mouillés

Lavés aux paquets de mer

Des ciels tourmentés

Qu’épuisent les tempêtes

Des ciels mauve bleuté

Qui m’enveloppent toute entière

Ici seule la pluie limite l’horizon

Aucun aplomb ne borne

L’azur tatoué de rose grisé

Ici la terre qui s’allonge et s’étire

Donne au ciel tout l’espace

L’air changeant chatoie

Sur les étendues océanes

Ici mon âme respire

Et s’inspire

De l’immensité du rêve

Article sur Agoravox

Harcèlement : oh, rien de bien grave !

 

Lorsque ont été lancés les « Me too » et autres « Balance ton porc », je me suis dit : j’ai eu de la chance, je n’ai jamais été agressée sexuellement, je n’ai pas subi de harcèlement. Et puis, en y repensant, des souvenirs sont remontés à la surface. Oh, rien de bien grave ! Pas de viol, pas de coups, pas même de main aux fesses. Non, seulement du machisme ordinaire, de ces petites violences si anodines qu’on les minimise avant de – presque – les oublier. 
Lire la Suite

Tectonique

À l’origine, il n’y avait ni divergence, ni convergence.

Nous formions un super-organisme, rond comme une planète. Un être complet, mâle et femelle réunis pour ne connaître ni le manque ni le vide.

Sur nos corps soudés en une Pangée sphérique, une seule peau comme un manteau sensible.

Notre chaleur intérieure s’évaporait tranquillement vers notre surface. Nos lèvres se rapprochaient au bord des rifts. Nous étions parfaits et tout-puissants.

Autour de nous, Terre immobile, le bouillonnement du vaste océan, ses failles, ses fosses, ses rides et ses dorsales.

C’était avant les éruptions titanesques, les grondements prodigieux, les sidérants séismes. Juste avant qu’on ne nous sépare, jumeaux arrachés à leur plénitude, nous laissant à jamais pantins du désir insatiable.

C’était avant que nous ne soyons amants, avant la tectonique des plaques et la dérive des continents.